Adresse email: Mot de passe :


osCommerce

  Accueil » Genres et sexualités » Christine Delphy » Critiques
Recherche rapide
 
Auteurs
Thèmes
**CADEAUX 2018-2019** (40)
Afrique (35)
Allemagne (36)
Amérique Latine (45)
Anarchie (35)
Antilles (12)
Art, théâtre, poésie, photos (18)
Asie (10)
Bandes dessinées (122)
Beaux livres (9)
Benjamin Walter (19)
Bensaïd Daniel (40)
Boutique
Chine (4)
Colonisation et esclavage (35)
Commune de 1871 (35)
Contretemps revue (39)
Cuba - Che Guevara (16)
DVD-CD-CDrom-VHS (70)
Dissidences revue (7)
Ecologie (62)
Economie (120)
Editions AEP
Editions El Ibriz (5)
Education, pédagogie (36)
En lengua espanola (1)
Enfants (55)
Espagne-Portugal (60)
Europe de l'Est (3)
Europe de l'Ouest (9)
Ex-URSS (23)
Fascisme / Extrême-droite (58)
Front populaire (9)
Gauche radicale (56)
Genres et sexualités (192)
Gramsci Antonio (12)
Histoire du mouvement ouvrier (137)
Homo- sexualités (9)
Immigration et/ou postcolonialis (59)
Italie (13)
Justice injustice prison (17)
Lénine (30)
Mai 68 (34)
Mandel Ernest (12)
Marx et Engels (74)
Marxisme XXIè siècle (56)
Marxisme classique (21)
Marxisme moderne (157)
Médias (21)
Naville Pierre (8)
Nouveau Parti Anticapitaliste (59)
Pays arabes (32)
Philosophie (141)
Polars (117)
Politique (176)
Première et deuxième guerre mond (22)
Proche et Moyen-Orient (83)
Quatrième Internationale - LCR (116)
Question juive (42)
Question nationale (12)
Romans et littérature (201)
Rosa Luxemburg (21)
Révolution française (18)
Révolution russe / IIIè Internat (84)
Santé et sciences (28)
Sociologie du travail (58)
Syndicalisme (37)
Tiers monde (5)
Trotsky/ trotskysme (39)
USA (71)
Victor Serge (17)
Delphy (coord.) : Un troussage domestique
[Christine Delphy]
7.10 €
par Didier EPSZTAJN Date d'ajout : lundi 19 septembre, 2011
Dans cette histoire, il y a une autre personne et c’est une femme

Comme l’indique Christine Delphy dans son avant-propos : « Il ne s’agit pas de mieux révéler l’affaire, mais d’envisager l’affaire comme un révélateur », plutôt « d’analyser comment ce qui est »donné » à percevoir se trouve effectivement perçu, nommé, identifié, jugé, commenté, infléchi et interprété, exhibé ou dissimulé ».

Le livre étant composé de plus de vingt textes, cette note de lecture se limitera à deux textes. Que les auteures non citées n’en prennent donc pas ombrage. Les textes forment un ensemble critique et pertinent. L’accablant voyage dans une chambre d’hôtel à 3000 dollars la nuit devrait donner lieu à un procès. L’invisibilité des salarié-e-s et du travail de nettoyage des hôtels devrait être analysée, les violences sexistes, beaucoup plus quotidiennes qu’on ne le pense, dans les grands hôtels parisiens, mises sur la place publique.

Derrière la langue de bois, la vérité des cœurs, la vérité des mœurs : comportements et discours arrogants, mépris et haine de classe, misogynie et sexisme, racisme banalisé d’une partie de ceux et celles qui se proclament « élite ». Du « troussage de domestique » à « il n’y a pas mort d’homme », au delà du dégoût et de la gerbe, il convient d’analyser. C’est ce que font brillamment les auteures des textes, la plupart parus en mai et juin 2011.

Nous ne devons pas accepter que les violences physiques, psychiques ou verbales ne soient appréhendées que comme des actes de la sphère domestique ou privée. Il s’agit bien de violences sociales, de manifestations de la domination des hommes sur les femmes, d’une construction sociale inégalitaire, donc de politique.

Je choisis de commencer par l’article de Jenny Brown (Éditrice à Labor Notes et membre de Redstockings of the Women’s Liberation Movement) « Les femmes de ménage des hôtels brisent le silence sur les agressions »

Deux cents femmes scandaient « Honte à vous » le 6 juin lorsque Dominique Strauss-Kahn (DSK) pénétrait dans le Palais de Justice de Manhattan. « Les femmes de chambre syndiquées étaient là pour dire que sur la base de leur expérience avec les clients des hôtels, elles croyaient leur collègue de travail. Elles racontent que les clients font de l’exhibitionnisme, proposent d’acheter leurs services sexuels, les attrapent et les tripotent, et parfois tentent de les violer. »

L’auteure nous rappelle la résistance des travailleuses des hôtels de San Francisco et de Hawaï au port de la jupe, le refus de se retrouver « seules dans les chambres avec le client et la porte fermée » et de la politique du « Cela doit rester confidentiel ! ».

Tout cela n’a rien d’anecdotique. On comprend alors que « Les législateurs de New-York ont soumis un projet de loi qui obligerait les hôtels à afficher dans les chambres une »Déclaration des droits » des femmes de chambre, qui les obligerait à informer et à former celles-ci sur leurs droits ainsi qu’à les protéger des représailles quand elles font état des incidents dont elles sont victimes. »

Avec l’humour qui la caractérise, Christine Delphy titre son premier texte, en utilisant le texte de Jacques Dutronc pour le générique du film Arsène Lupin : « C’est le plus grand des voleurs, oui mais c’est un Gentleman ».
Extrait d'une note de lecture publiée sur le blog entre les lignes entre les mots http://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2011/09/19/d-
ans-cette-histoire-il-y-a-une-autre-personne-et-cest-une-fem-
me/

Classement : 5 sur 5 étoiles ! [5 sur 5 étoiles !]
Retour Ecrire une critique

Ajouter au panier

Panier plus
vide
INTROUVABLES plus
vers la librairie
vers les introuvables
Du même auteur
Delphy, Christine
Autres articles
Critiques plus
Delphy (coord.) : Un troussage domestique
Dans cette histoire, il y a une autre personne et c’est une ..
5 sur 5 étoiles !
Nouveautés plus
Feigenbaum Anna : Petite histoire  du gaz lacrymogène des tranchées de 1914 aux gilets jaunes
Feigenbaum Anna : Petite histoire du gaz lacrymogène des tranchées de 1914 aux gilets jaunes
17.00 €
Promotions plus
La République et l'Eglise, i_mages d'une querelle
La République et l'Eglise, i_mages d'une querelle
29.00 €
15.00 €
Informations
transportconfidentialité
Qui sommes-nous ?contact

Réalisation du site de la Librairie La Brèche : Fred Rosmorduc
Copyright © 2003 osCommerce
Powered by osCommerce
Traduction par Delaballe - osCommerce France