Adresse email: Mot de passe :


osCommerce

  Accueil » Naomi Klein
Recherche rapide
 
Auteurs
Thèmes
**CADEAUX 2018-2019** (38)
Afrique (35)
Allemagne (31)
Amérique Latine (45)
Anarchie (34)
Antilles (12)
Art, théâtre, poésie, photos (14)
Asie (9)
Bandes dessinées (111)
Beaux livres (10)
Benjamin Walter (19)
Bensaïd Daniel (40)
Boutique
Chine (3)
Colonisation et esclavage (34)
Commune de 1871 (34)
Contretemps revue (39)
Cuba - Che Guevara (16)
DVD-CD-CDrom-VHS (71)
Dissidences revue (7)
Ecologie (57)
Economie (120)
Editions AEP
Editions El Ibriz (5)
Education, pédagogie (36)
En lengua espanola (1)
Enfants (51)
Espagne (56)
Europe de l'Est (3)
Europe de l'Ouest (7)
Ex-URSS (23)
Fascisme / Extrême-droite (56)
Front populaire (9)
Gauche radicale (55)
Genres et sexualités (174)
Gramsci Antonio (12)
Histoire du mouvement ouvrier (132)
Homo- sexualités (9)
Immigration et/ou postcolonialis (57)
Italie (13)
Justice injustice prison (17)
Lénine (30)
Mai 68 (33)
Mandel Ernest (14)
Marx et Engels (72)
Marxisme XXIè siècle (44)
Marxisme classique (21)
Marxisme moderne (154)
Médias (21)
Naville Pierre (7)
Nouveau Parti Anticapitaliste (58)
Pays arabes (30)
Philosophie (140)
Polars (106)
Politique (156)
Première et deuxième guerre mond (22)
Proche et Moyen-Orient (79)
Quatrième Internationale - LCR (111)
Question juive (42)
Question nationale (12)
Romans et littérature (182)
Rosa Luxemburg (21)
Révolution française (19)
Révolution russe/Internationale  (86)
Santé et sciences (26)
Sociologie du travail (55)
Syndicalisme (37)
Tiers monde (5)
Trotsky/ trotskysme (38)
USA (67)
Victor Serge (17)
Klein : Tout peut changer
[Naomi Klein]
24.80 €
Klein : Tout peut changer
Cliquer pour agrandir

Contribution majeure à la mobilisation autour du sommet de Paris en décembre et à l'anticapitalisme.

Le livre est dors et déjà véritable événement éditorial. La journaliste et militante altermondialiste canadienne y mène une enquête approfondie, détaillée, produit une analyse concrète du capitalisme réellement existant, dans son action destructrice sur la nature et les sociétés humaines… Reportage au long cours (son travail s'est étalé sur 5 années), d'une lecture facile et vivante, il s'agit d'une intervention politique d'une grande force : des centaines d'étudiants sont venus débattre avec Naomi Klein à la Sorbonne fin mars. Sur cette même ligne d'urgence sociale et d'urgence climatique, d'anti-austérité, elle était intervenue deux semaines plus tôt à Frankfurt lors de la grande manifestation devant la BCE.

Archi-documenté, avec des dizaines de pages de références, question de probité, le livre ne signale pourtant aucun des grands théoriciens du capitalisme (de l'anticapitalisme plutôt), ni Marx, ni aucun autre. C'est qu'elle s'en tient, modestement pourrait-on dire - mais avec quelle énergie ! -, à montrer in situ, une classe sociale - la grande bourgeoisie, les grandes firmes - réellement mobilisée à fond pour faire valoir ses intérêts à tout moment. Même, évidemment, quand la planète chauffe. Un des grands mérites du livre est de partir d'emblée de là.
Le capitalisme est un système qui a besoin d'énergie, de beaucoup, de toujours plus d'énergie. Cette énergie, dans sa quasi-totalité, c'est les fossiles, charbon, gaz, pétrole dont la combustion génère les gaz à effet de serre responsables du dérèglement climatique en cours. L'énergie fossile, c'est l'extraction qui devient sous le fouet du productivisme capitaliste, l'extractivisme forcené, thème qui revient dans plusieurs chapitres.

Naomi Klein raconte de manière saisissante les discussions quasi simultanées durant les 20 dernières années autour des rapports du GIEC pour enrayer le réchauffement climatique lors des sommets mondiaux et d'autre part autour de l'OMC pour favoriser le commerce mondial.
Alors que les accords internationaux sur la libéralisation du commerce se mettent en place sans coup férir, les discussions sur le climat patinent, se bloquent et débouchent sur le constat accablant : depuis le sommet de Kyoto, les GES ont augmenté de 60 %! Les grands groupes capitalistes se sont mobilisés à fond dans les deux processus, pour la réussite de l'un, contre la moindre décision contraignante dans l'autre.
Le livre montre cette mobilisation permanente, tout comme il montre la corruption, le conflit d'intérêt généralisé, l'intégration - institutionnalisation des ONG et de l'essentiel des organisations écologistes durant les années 80 et 90.
C'est là que se noue une situation nouvelle, véritablement explosive. Le réchauffement a déjà lieu. Pour le contenir à 2 °, il faudra sortir totalement des énergies carbonées d'ici à 2030, faire la transition/rupture vers les énergies renouvelables. Mais 2030, c'est demain. Il faut prendre des décisions immédiates. Des décisions radicales. Faute de quoi, ce sera le capitalisme de catastrophe, la fuite en avant avec un réchauffement de 4° à 6°.

Là, Naomi Klein nous dit : « cette situation nouvelle est potentiellement révolutionnaire  car ces décisions radicales nécessaires, ni les capitalistes ni les forces politiques soumises à leurs projets ne les prendront».
Comment ne pas la rejoindre là, précisément ? C'est la thèse centrale du livre. C'est toute la société qu'il faudra revoir, de fond en comble. Ce moment politique où nous sommes, doit être vu comme une opportunité à saisir. A saisir obligatoirement sous peine d'avoir à subir un capitalisme de catastrophe. « Socialisme ou barbarie » diraient certains...
On peut relever ici deux chapitres particulièrement intéressants aux titres qui sont déjà des programmes : « pour une gestion publique de l'énergie » et « planifier et interdire ».
L'autre idée fondamentale qui court tout au long de l'ouvrage, c'est la nécessité d'un grand mouvement populaire qui porte à la fois la question sociale avec la question de l'égalité, de la justice, et l'ensemble des questions écologiques. Là encore, nous sommes en accord profond. Les questions de la démocratie et surtout de la violence ne sont pas esquivées. Dans la troisième partie « Parce qu'il faut bien commencer quelque part », le chapitre « Blocadie » on pense bien sûr à Notre Dame des Landes, à Sivens mais nous évoque aussi irrésistiblement nos bloqueurs de raffineries et de ronds-points de 2010. Et donne ainsi à penser…

Le livre fourmille de réflexions sur les aspects idéologiques, culturels et institutionnels d'un changement global.

Naomi Klein se sent en sympathie profonde avec le vieux mouvement ouvrier (Wikipédia nous apprend que son grand-père, militant marxiste, avait organisé la première grève chez Disney) : nulle posture péremptoire. Le débat est possible, souhaité.

Fernand BECKRICH édition : mars 2015

Ce produit a été ajouté à notre catalogue le mercredi 20 mai, 2015.
Critiques
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Lordon : On achève bien les Grecs
Lordon : On achève bien les Grecs
Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?
Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?
Linhart : La comédie humaine du travail, de la déshumanisation taylorienne à la sur humanisation managériale
Linhart : La comédie humaine du travail, de la déshumanisation taylorienne à la sur humanisation managériale
Todd : Qui est Charlie? sociologie d'une crise religieuse
Todd : Qui est Charlie? sociologie d'une crise religieuse
Podemos : sûr que nous pouvons
Podemos : sûr que nous pouvons
Stora : Les clés retrouvés
Stora : Les clés retrouvés
Panier plus
vide
INTROUVABLES plus
vers la librairie
vers les introuvables
Du même auteur
Autres articles
Critiques plus
Ecrire une critiqueEcrire une critique pour ce livre !
Nouveautés plus
Kosmann : Sorti d'usines
Kosmann : Sorti d'usines
12.00 €
Promotions plus
DVD : Les Lip, l'imagination au pouvoir
DVD : Les Lip, l'imagination au pouvoir
18.00 €
16.00 €
Informations
transportconfidentialité
Qui sommes-nous ?contact

Réalisation du site de la Librairie La Brèche : Fred Rosmorduc
Copyright © 2003 osCommerce
Powered by osCommerce
Traduction par Delaballe - osCommerce France