Adresse email: Mot de passe :


osCommerce

  Accueil » Romans et littérature » Ödön Von Horvàth
Recherche rapide
 
Auteurs
Thèmes
**CADEAUX 2018-2019** (39)
Afrique (36)
Allemagne (35)
Amérique Latine (46)
Anarchie (35)
Antilles (13)
Art, théâtre, poésie, photos (19)
Asie (11)
Bandes dessinées (126)
Beaux livres (9)
Benjamin Walter (19)
Bensaïd Daniel (41)
Boutique
Chine (4)
Colonisation et esclavage (35)
Commune de 1871 (39)
Contretemps revue (39)
Cuba - Che Guevara (17)
DVD-CD-CDrom-VHS (70)
Dissidences revue (7)
Ecologie (68)
Economie (123)
Editions AEP
Editions El Ibriz (5)
Education, pédagogie (36)
En lengua espanola (1)
Enfants (56)
Espagne-Portugal (63)
Europe de l'Est (3)
Europe de l'Ouest (9)
Ex-URSS (23)
Fascisme / Extrême-droite (61)
Front populaire (9)
Gauche radicale (57)
Genres et sexualités (198)
Gramsci Antonio (12)
Histoire du mouvement ouvrier (140)
Homo- sexualités (16)
Immigration et/ou postcolonialis (65)
Italie (13)
Justice injustice prison (18)
Lénine (30)
Mai 68 (33)
Mandel Ernest (12)
Marx et Engels (76)
Marxisme XXIè siècle (60)
Marxisme classique (21)
Marxisme moderne (156)
Médias (22)
Naville Pierre (7)
Nouveau Parti Anticapitaliste (62)
Pays arabes (34)
Philosophie (139)
Polars (120)
Politique (184)
Première et deuxième guerre mond (22)
Proche et Moyen-Orient (79)
Quatrième Internationale - LCR (118)
Question juive (44)
Question nationale (12)
Romans et littérature (203)
Rosa Luxemburg (21)
Révolution française (18)
Révolution russe / IIIè Internat (84)
Santé et sciences (32)
Sociologie du travail (59)
Syndicalisme (37)
Tiers monde (5)
Trotsky/ trotskysme (40)
USA (74)
Victor Serge (17)
Von Horvàth : Jeunesse sans dieu
[Ödön Von Horvàth]
7.00 €
Von Horvàth : Jeunesse sans dieu
Cliquer pour agrandir

Articles tirés du site : livres -et-lectures.net Ödön von Horváth (OH) (1901-1938) vivait à l'époque de la montée du nazisme en Autriche. Il a vu venir le pire ; il fut d'une lucidité sans faille, mais ne disposait que du pouvoir de sa parole. Ce fut le cas de bien des intellectuels, qui depuis la fin des années 20, en dépit de leur impuissance, dérangeaient et le payèrent de leur exil et parfois de leur vie (Thomas Mann, son frère Heinrich et ses fils, Stephan Zweig, Arthur Schnitzler, etc.). Son autre roman, "Un fils de notre temps", aborde cette même lucidité impuissante et dévastatrice. Ici OH tente de saisir le mécanisme qui entraîne avec tant de séduction cette jeunesse "sans dieu", sans qu'elle rencontre d'obstacle ni de correction à sa dérive. Le livre fut écrit en 1937. On retrouvera ce que l'on sait déjà par ailleurs : un fond de racisme européen, exprimé dans le monde germanique par la glorification de la "race", une appartenance ici à cette race, ce clan, où tout ce qui n'est pas bon pour le clan doit être détruit, une exaltation de la jeunesse et de la force au détriment de la raison, enfin tout ce qui a nourri ici nazisme, ailleurs communisme, au cours de notre siècle passé. Une humanité en délire, qui se nourrit d'illusions d'absolu au nom de ses idées et oublie l'expérience humaine apportée par l'histoire, la modération, le sens du juste. Je tenterai ici une interprétation du titre, assez mystérieux. Sans dieu ? Il me semble justement qu'OH appelle "dieu" ce qui serait un contre-feu à ces idéologies noires : un sens du juste, du réel, du vrai ("Gott ist die Wahreit"), cette longue expérience des générations résumée dans des commandements moraux qui s'intègrent si bien à notre esprit qu'ils sont, là, à chaque instant, conscience vigilante qui évite le pire. Ce qu'OH veut alors dire, sans doute, est que le monde où il vit n'éduque plus les jeunes moralement (et si peu dans les principes de religion) qu'en face de la séduction mortifère des idées simples, ils ne peuvent plus que succomber. Il ne croit pas en dieu, mais au symbole de sagesse humaine que son nom signifie. Il ne rêve plus que ces hommes perdus s'amendent ; il rêve qu'un jour ils doutent. Ce livre dénonce aussi la dérive "plébéienne" du monde où les valeurs du clan (la race, la classe) se substituent aux valeurs d'humanité. C'est aussi ce que sentait Hannah Arendt dans "La condition de l'homme moderne" en montrant la montée progressive des valeurs du travail (l'action, dit-elle) au détriment des autres. Il montre enfin les moyens de coercition utilisés par ceux qui ont le pouvoir et défendent les idées nouvelles : coule toi dans le moule ou tu perds ton job et tes ressources. Certains avaient le courage de refuser un tel marché et de s'exiler ; tous ne le pouvaient évidemment pas. Je n'approuve pas qu'on parle alors de lâcheté pour tous ceux qui se pliaient en silence aux dogmes noirs ou rouges. L'homme vit aussi de pain. 200 pages édition : poche

Ce produit a été ajouté à notre catalogue le mercredi 20 août, 2008.
Critiques
Panier plus
vide
INTROUVABLES plus
vers la librairie
vers les introuvables
Du même auteur
Autres articles
Critiques plus
Ecrire une critiqueEcrire une critique pour ce livre !
Nouveautés plus
Gaulard & Salama : Eco,nomie de l'Amérique latine
Gaulard & Salama : Eco,nomie de l'Amérique latine
11.90 €
Promotions plus
Bensaïd : Passion Karl Marx, les hiéroglyphes de la modernité
Bensaïd : Passion Karl Marx, les hiéroglyphes de la modernité
45.70 €
25.00 €
Informations
transportconfidentialité
Qui sommes-nous ?contact

Réalisation du site de la Librairie La Brèche : Fred Rosmorduc
Copyright © 2003 osCommerce
Powered by osCommerce
Traduction par Delaballe - osCommerce France