Aller au contenu

Claudon et Présumey : Paul Levi, l'occasion manquée

Ref.: 3655

Claudon Présumey

Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix promo 8,00 € Prix normal 8,00 €

Alors que le communisme allemand enfin constitué comme parti de masse, fin 1920, se renforçait par une politique unitaire visant à généraliser et à centraliser les combats sociaux réels, des "émissaires de la Comintern" (Radek, génial mais maligne, Rakosi, bureaucrate borné, Bela Kun, chef héroïque pour cavalerie magyare égaré au XX° siècle), viennent "secouer" ce parti de centaines de milliers d'adhérents accusé (à tort, d'ailleurs) de n'avoir toujours pas pris le fusil.
Lévi résiste à cette catastrophe tout en résistant aussi à la scission du socialisme italien sous les coups du fascisme naissant. Le voila bientôt exclu pour avoir eu raison trop tôt. En substance, Lénine et Trotsky lui donnent raison sur le fond mais tort pour avoir ouvert sa gueule. Léniniste à son tour mais contre eux, il refuse toute amende honorable et mène la bataille publique.
Ceci lui vaudra une grande victoire morale - le ralliement du jeune Ernst Reuther, dit Friesland, dirigeant ultra-gauchiste du parti jusque là, par la suite maire SPD de Berlin Ouest - mais la diabolisation : les militants du parti doivent éviter toute fréquentation des "lévites". Les "lévites "sont les premiers grands dissidents-pestiférés de l'histoire du communisme, avant les trotskystes et pas mal d'autres.

édition : février 2018