Aller au contenu

Cuba - Che Guevara


  • Che Guevara : Justice globale

    « Nos peuples souffrent, par exemple, de l’angoissante pression que représentent les bases militaires étrangères installées sur leur territoire ; ou ils sont forcés de supporter le lourd fardeau de dettes externes qui atteignent d’incroyables proportions. L’histoire de ces handicaps est bien connue de tous. Des gouvernements fantoches, des gouvernements affaiblis par une longue lutte de libération ou par le développement des lois capitalistes du marché, ont autorisé la signature d’accords qui menacent notre stabilité interne et compromettent notre avenir. Il est temps de secouer ce joug, d’imposer la renégociation des dettes écrasantes et d’obliger les impérialistes à abandonner leurs bases d’agression. » Contenu du livre : “En Algérie”, “Le Socialisme et l’Homme à Cuba”, “Créer deux, trois, une multitude de Vietnam, telle est la consigne” En 1965 et en 1967, Ernesto “Che” Guevara (1928-1967), médecin, aventurier, révolutionnaire, délivre trois messages fameux qui s’inscrivent dans la perspective de toutes ses luttes, celle d’une justice globale. Un idéal toujours d’actualité. 140 pages édition : mars 2010

    8,00 €
  • Cormier : Che Guevara, compagnon de la révolution

    Le 25 novembre 1956, vers 1 heure 30 du matin, Ernesto Guevara entre en révolution : il embarque avec Fidel Castro et quatre-vingt-deux hommes sur le Granma. Il a vingt-huit ans, un passé de médecin, il est argentin, et pourtant c'est pour Cuba qu'il va se battre, « hasta la victoria siempre ». En janvier 1959 la partie est gagnée, mais la révolution reste à faire, non seulement à Cuba, mais partout dans le monde où il faut « allumer un, deux, trois, plusieurs Viêt-nam ». Internationaliste convaincu, Guevara tente de construire un foyer révolutionnaire en terre africaine, au Congo, puis repart pour l'Amérique du Sud, en Bolivie, dans l'espoir de rééditer l'épopée cubaine et d'embraser, cette fois, tout le continent. C'est dans un petit village de la montagne bolivienne, le 9 octobre 1967, que se clôt le destin du guerillero heroico, c'est aussi là que commence le mythe du Che. Jean Cormier, grand reporter, en a suivi les traces pas à pas pour en restituer un vibrant portrait. 144 pages Edition : 2005

    16,20 €
  • Farber : Che Guevara, ombre et lumière

    Transformer un militant révolutionnaire en icône n'est- ce pas insulter sa mémoire ? Cinquante ans après la mort de Che Guevara, les marchands de posters et de tee-shirts n'y trouvent rien à redire et la figure du guérillero peut continuer à susciter admiration ou fascination sans que beaucoup n'en connaissent réellement la pensée, les engagements ou tout simplement l'itinéraire.
    Samuel Farber, l'auteur de ce livre, n'est pas un idolâtre de Che Guevara. Originaire de Cuba, acteur engagé de la gauche radicale américaine, Sam Farber nous propose une réflexion critique sans concession sur l'itinéraire du gué- rillero.
    Cet ouvrage restitue le parcours du révolutionnaire argentin et non le mythe. De sa naissance en Argentine à son assassinat par la CIA en Bolivie le 9 octobre 1967, l'auteur reprend le fil de sa vie.
    Le jeune étudiant en médecine, dont le voyage à travers l'Amérique latine confrontée à la misère et aux dictatures décide de son engagement politique, entreprend alors de se consacrer à la révolution. Ces années de formation sont essentielles pour comprendre la pensée de celui qui sera bientôt surnommé Che Guevara lorsqu'il rejoint Fidel Castro.
    La révolution cubaine, ses responsabilités dans la réforme agraire, son engagement militaire au Congo et enfin l'expédition en Bolivie qui lui sera fatale constituent les temps forts de l'ouvrage.
    Samuel Farber offre également au lecteur une nouvelle approche critique de la pensée de Che Guevara qui éclaire pleinement ses actes et ses choix fortement marqués par un volontarisme autoritaire qui éclipse la question démocratique et qui annonce déjà les impasses de la révolution cubaine.
    Un portrait sans concession qui éclaire sous un nouveau jour une figure exceptionnelle du 20 e siècle.

    édition : juin 2017

    18,00 €
  • Granado : Sur la route avec Che Guevara

    En décembre 1951, Ernesto Guevara de la Serna, vingt trois ans, étudiant de santé fragile, se laisse entraîner par son ami Alberto Granado, médecin, dans un projet intrépide : la traversée de l'Amérique du Sud à moto, de leur Argentine natale jusqu'à la mer des Carâibes, en passant par Valparaiso, le lac Titicaca, le Macchu Picchu et la forêt amazonienne. Les deux amis se donnent quelques semaines : leur périple durera sept mois, à moto mais aussi en cargo, en avion, en train, en camionnette ou à bord d'un radeau de fortune. De léproseries en mines de fer, face aux réalités sociales d'un continent sous-développé, va s'éveiller leur conscience politique. Et, tandis qu'Ernesto note ses impressions (Voyage à motocyclette), son camarade Alberto s'efforce, dans ses carnets, de montrer comment, sous le jeune homme réservé mais lucide qu'est alors Guevara, perce le combattant de l'égalité et de la justice. Récit d'aventures, journal de bord, roman d'apprentissage, ce document qui a inspiré le film Carnets de voyage de Walter Salles livre un portrait intime et inattendu d'Ernesto Guevara avant qu'il ne devienne le « Che ». Alberto Granado, né en Argentine en 1922, rencontre Ernesto Guevara en 1942. Devenu directeur du département de biologie de l'université de Caracas après 1952, il ne reverra le « Che » qu'en 1961, à Cuba, où il fondera la faculté de médecine de Santiago. Il réside depuis à La Havane. 315 pages édition : avril 2006

    8,65 €
  • Guevara (préface J.Habel): La guerre de guerilla

    Lorsque Che Guevara écrit ce " manuel " à l'usage de la gauche radicale latino-américaine, en 1959-1960, les barbudos ont triomphé à Cuba depuis deux ans d'une armée régulière appuyée par Washington. Il y synthétise son expérience de l'insurrection et poursuit plusieurs objectifs : rompre avec le " fatalisme géographique " selon lequel la proximité des Etats-Unis rend impossible toute révolution, combattre le conservatisme et l'opportunisme des vieux partis communistes, redéfinir une stratégie continentale et préparer d'autres victoires révolutionnaires en faisant de la cordillère des Andes la Sierra Maestra de l'Amérique latine. Selon el Che, les mouvements révolutionnaires d'Amérique latine doivent s'inspirer de trois principes confirmés par la révolution cubaine : les forces populaires peuvent gagner une guerre conter l'armée du pouvoir et la guérilla est la forme de lutte la plus adaptée pour y parvenir ; il ne faut pas toujours attendre que toutes les conditions soient réunies pour lancer l'insurrection ; dans l'Amérique sous-développée, la lutte armée doit être menée dans les campagnes, où vit la majorité d'une population opprimée et exploitée. Ernesto Guevara n'est pas seulement un " guérillero héroïque ". C'est un dirigeant politique et un théoricien de la révolution à la recherche d'un projet de développement alternatif. On perçoit dans ces textes les préoccupations sociales et politiques qui ont été les siennes durant les six années qu'il a passées à Cuba après la crise du pouvoir et la fin de la guerre civile........................................ 220 pages édition poche : mars 2010

    9,00 €
  • Guevara : Écrits sur la révolution, anthologie

    Cette anthologie d’écrits et d’interviews de Che Guevara permet de découvrir l’approche politique et théorique de la pensée du célèbre révolutionnaire, bien loin des stéréotypes qu’on voudrait nous imposer. Ce volume contient des interviews célèbres dont celle de Josie Fanon (épouse de Frantz Fanon, l’auteur des Damnés de la terre) mais aussi les textes suivants : • Notes pour l’étude de l’idéologie de la révolution cubaine • Il faut que l’Université se teinte de noir, de mulâtre, d’ouvriers, de paysans • Le médecin révolutionnaire • La jeunesse et la révolution • Le parti marxiste-léniniste • Sur la construction du parti • Solidarité avec le Vietnam • Adieu aux Brigades internationales de travailleurs volontaires 190 pages édition : novembre 2007

    10,20 €
  • Guevara : Journal du Congo

    « Ceci est l’histoire d’un échec. […] Pour être plus précis, ceci est l’histoire d’une décomposition. Lorsque nous sommes arrivés sur le territoire congolais, la Révolution était dans une période de récession ; ensuite sont survenus des épisodes qui allaient entraîner sa régression définitive ; pour le moment, du moins, et sur cette scène de l’immense terrain de lutte qu’est le Congo. Le plus intéressant ici n’est pas l’histoire de la décomposition de la Révolution congolaise […], mais le processus de décomposition de notre moral de combattants, car l’expérience dont nous avons été les pionniers ne doit pas être perdue pour les autres et l’initiative de l’Armée prolétaire internationale ne doit pas succomber au premier échec. » À l’aube du 24 avril 1965, Ernesto “Che” Guevara traverse le lac Tanganyika avec une dizaine de révolutionnaires cubains et accoste sur la rive congolaise. Dans la clandestinité, “Tatu” – c’est son nom au Congo – vient soutenir le Mouvement de libération, après la mort de Lumumba, mené notamment par Laurent-Désiré Kabila. Désorganisation, indiscipline et désertions au sein de l’Armée de libération, zizanie entre les chefs, barrière des langues… c’est une défaite cuisante. Guevara renoncera à l’Afrique pour porter sa dernière guérilla, en 1966, en Amérique du Sud, en Bolivie.

    9,00 €
  • Kalfon : Che, biographie une légende du siècle

    Le 9 octobre 1967, Ernesto Guevara, dit le Che, était achevé d'une rafale de pistolet mitrailleur dans un village perdu de Bolivie. Avec la fin brutale est né le mythe, la légende de saint Ernesto, qui, abandonnant le confort du pouvoir, a tenté de réconcilier Marx et Rimbaud en reprenant le combat. Il en est mort. Pierre Kalfon, au terme d'une longue quête de cinq ans, de Cuba à l'Argentine en passant par la Bolivie, a voulu rendre vie et chair à l'icône. Qui était ce condottiere au regard intense " postérisé " à des millions -d'exemplaires, devenu légende du siècle ? Che reconstitue l'existence fulgurante d'un Don Quichotte des temps modernes, dominée par la passion de la révolution : l'enfance argentine d'un gamin asthmatique, l'errance beatnik en Amérique latine, la rencontre avec Fidel Castro, l'épopée de la lutte armée à Cuba, l'exercice du pouvoir, l'aventure africaine, et enfin l'incroyable guérilla bolivienne. Grâce à des dizaines de témoignages, à l'exploration rigoureuse de sources inédites, cette biographie de Guevara s'impose déjà comme l'ouvrage de référence. 765 pages édition poche : janvier 2007

    9,50 €
  • Masetti : Avec Fidel et le Che

    Jorge Ricardo Masetti était un révolutionnaire, un vrai. Mort les armes à la main à 34 ans, dissous dans la jungle argentine. Trois ans plus tard, le 9 octobre 1967, le corps de son ami Ernesto Che Guevara sera exposé, criblé de balles, de l’autre côté de la frontière, en Bolivie. Jorge Ricardo Masetti, journaliste argentin, arrive en mars 1958 dans le Cuba du dictateur Batista et y décroche la première interview radiophonique de Fidel Castro, chef du Mouvement du 26 juillet et de son fidèle adjoint, le Che.

    Il basculera dans le camp révolutionnaire dont il devient un personnage incontournable, le « comandante segundo. » Avec Fidel et le Che, Jorge Ricardo Masetti livre un témoignage capital sur l’épopée castriste. Un récit saisi sur le vif, une chronique nerveuse de la révolution dont il devient le messager. Fondateur et directeur de l’agence de presse internationale Prensa Latina, le « comandante segundo » sillonne le monde mais couvre aussi les combats de la Baie des cochons en 1961.

    Il sera l’artisan du rapprochement avec le FLN en Algérie puis, en 1964, devient soldat. Il prend les armes pour ouvrir le second front choisi par le Che. Ce sera dans leur pays d’origine, l’Argentine, d’où la révolution doit se propager sur le continent. Il y disparait à la fin du mois de mars 1964.

    Contrairement à celui du Che, identifié le 7 juillet 1997, son corps n’a jamais été retrouvé. (2016-12-21)

    édition septembre 2017

    25,00 €
  • Posado Thomas : Révolutions à Cuba de 1868 à nos jours

    Que reste-t-il de la révolution ? Ou, plutôt, que reste-t-il des révolutions ? Ancrée à quelques encablures seulement des côtes de l'Empire, Cuba charrie en effet avec elle une histoire riche en soulèvements, insurrections et transformations.
    L'épopée castriste et la révolution qui s'ensuit, aussi centrales soient-elles, ne sauraient occulter les processus sociaux et politiques antérieurs qui plongent leurs racines dans la lutte contre le colonialisme espagnol puis contre la mise sous tutelle de l'île par les Etats-Unis.
    En interrogeant le passé pour mieux éclairer le présent et les contradictions actuelles du système cubain confronté à un regain de tensions avec Washington depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, les auteurs proposent une brève histoire populaire de Cuba, analysant, au fil des chapitres, les épisodes les plus marquants qu'a connus la plus grande île de la Caraïbe de 1868 à nos jours.

    édition : juin 2020

    18,00 €
  • Ramonet : Fidel Castro, biographie à deux voix

    Résultat de plusieurs semaines d'intenses conversations entre Ignacio Ramonet et Fidel Castro, cette " biographie à deux voix " donne les clés de la révolution cubaine à travers le parcours personnel et politique du dernier " monstre sacré " de la politique internationale. Quelle a été son enfance ? Où et quand s'est forgé le rebelle ? Quelles étaient ses relations avec Che Guevara ? Comment sa petite guérilla a-t-elle vaincu la puissante armée de Batista ? Le monde a-t-il été au bord de la guerre nucléaire pendant la " crise des missiles " d'octobre 1962 ? Combien de fois a-t-on tenté de l'assassiner ? Quelle impression lui a laissée le pape Jean-Paul Il pendant sa visite à Cuba en 1998 ? Pourquoi critique-t-il si âprement Felipe Gonzalez et José Maria Aznar alors qu'il vante les qualités du roi Juan Carlos ? Quels souvenirs garde-t-il de François Mitterrand, de Régis Debray, du commandant Cousteau ? Comment explique-t-il l'" affaire Ochoa " ? Que pense-t-il de la globalisation néolibérale, de la guerre en Irak et du président Bush ? Pourquoi les autorités cubaines ont-elles arrêté quelque soixante-dix opposants non violents en mars 2003, et appliqué, la même année, la peine de mort aux responsables du détournement d'un bateau ? Le régime souffre-t-il de la corruption ? Le socialisme cubain est-il vraiment " irrévocable " ? Quel est le secret de l'alliance avec Hugo Châvez ? Quelles sont les orientations actuelles de la politique et de l'économie cubaines ? Qu'adviendra-t-il après Fidel Castro ? L'entretien exhaustif d'Ignacio Ramonet donne lieu à des réponses inédites, et constitue une démarche que la figure éminemment controversée de Fidel Castro rend passionnante. C'est aussi un récit instructif sur le passé, le présent et l'avenir de la révolution cubaine et de l'Amérique latine alors que prend fin le long règne du comandante. Théoricien des médias, journaliste, l'une des voix les plus représentatives du mouvement altermondialiste, Ignacio Ramonet est directeur du Monde diplomatique. 700 pages édition : septembre 2007

    30,00 €