Aller au contenu

Ariès : Les rêves de la jeune Russie des soviets

Ref.: 3157

Ariès, Paul

Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix promo 22,00 € Prix normal 22,00 €

La jeune Russie des soviets, née en octobre 1917, a bénéficié d’une double tradition écologiste. Celle d’une partie de l’intelligentsia acquise aux thèses naturalistes et celle des courants marxistes non voués au culte des forces productives.
La Russie des soviets développa d’abord trois disciplines écologiques :
la phytosociologie, discipline scientifique née avant la Révolution envisageant les différentes espèces végétales dans leur coexistence (la permaculture actuelle en est donc une lointaine descendante) ;
la biocénologie, qui est l’étude de la communauté des espèces vivantes, ou biotope ; <.br>la dynamique trophique, qui étudie les flux d’énergie dans les chaînes alimentaires.
Vladimir Vernadski (1863-1945), considéré comme le père de l’écologie, sera l’inventeur du concept de biosphère qui pense la Terre comme un « organisme vivant » et non plus comme une matière inerte à la disposition des humains et de leur activité économique. T.I. Baranoff a développé, dès 1925, la notion de bioéconomie reprise, plus tard, par Nicholas Georgescu-Roegan, considéré comme le père des courants de la décroissance.

édition : septembre 2017